Sophie de la Brosse

Création d'un univers visuel poétique
site web et illustrations des kasàlà

Diplômée à la maîtrise en études des pratiques psychosociales à l'UQAR, son mémoire témoigne de son parcours de femme aux prises avec une profonde déchirure à la source de l'interdiction intérieure de se révéler à soi, au regard de l'autre et du monde dans toutes ses dimensions. Sophie a participé à plusieurs formations de kasàlà avec Jean N.S. Kabuta. Elle est également bachelière en communication graphique à l'Université Laval. Elle oeuvre comme graphiste et artiste depuis plus de dix-huit ans, principalement dans des projets artistiques, poétiques, sociaux et culturels. 

«J'ai été invitée à participer à un grand cercle; Nos lignées de femmes. J'ai vu la flamme portée par mon amie, ma complice, ma co-créatrice, Thuy. J'ai entendu son appel et répondu oui! Elle m'a ouvert la porte de sa communauté de femmes, de soeurs. Grâce à ce don sensible, je me suis reliée à vous en profondeur, à distance, en silence. À Rimouski, j'ai marché, j'ai écrit, j'ai dessiné, j'ai pleuré, j'ai béni, je me suis traversée. Encore.

 

Thuy, Laurence, Leila Sofiane, Lise, Marie-Ève, Rachel, Tamara, Cécile, Denise, Edwige, Julie, Lucienne, Manon.

 

J'ai reçu, depuis la fenêtre de mon écran, vos visages, vos mains, vos regards, vos confidences... J'ai habité les traces de vos histoires. Au passage, elles ont soigné la mienne.

 

Merci

 

Je vous présente un site web. J'aime plutôt dire un univers visuel poétique inspiré de ce processus plus vaste que nous toutes rassemblées, ce torrent qui nous aura plongé au cœur de nos racines, de nos ventres, dans l'atelier. Pour nous propulser dans un jaillissement de louanges prêtes à éclabousser toute la Baie-des-Chaleurs!»     Sophie

Sophie de la Brosse artiste graphiste
atelier de Sophie de la Brosse
  • Sophie de la Brosse • Graphiste & Artiste

« Une poète est à la fois sa propre mère, sa propre fille, sa propre sœur et sa propre sage-femme. Par le travail de sa propre pensée, de sa propre écriture, elle a le pouvoir de s’engendrer de ses morts successives »

 

Claire Lejeune